4 août 2012

Fiona McIntosh : La Trilogie Valisar (3 tomes)

En grosse feignasse, je fais une chronique pour l'ensemble de la trilogie Valisar et non un billet pour chaque tome. Il faut dire aussi qu'ayant lu les trois tomes à la suite il y a quelques semaines, j'aurai eu du mal à vraiment distinguer chaque livre de mémoire.



Quatrième de couverture (1er tome) : Loethar est un tyran ambitieux et impitoyable.
A la tête d'une terrifiante armée de guerriers barbares, il a déjà conquis deux nations, ne laissant dans son sillage que dévastation et vies brisées. Il convoite maintenant le royaume de Penraven : un pays riche, doté d'un port important, d'un littoral étendu et d'abondantes ressources naturelles. Mais, cette fois, le tyran veut davantage qu'une couronne, il rêve d'empire et nourrit une obsession grandissante vis-à-vis de la magie.
Et s'il veut renverser le roi Brennus de Penraven, huitième de la lignée des Valisar, c'est parce que ce dernier possède le pouvoir de coercition : tous les héritiers Valisar naissent depuis des siècles avec ce don sinistre qui leur permet de soumettre entièrement les gens à leur volonté. Or, il faut à tout prix empêcher Loethar de s'imprégner de la magie de ces êtres d'exception car, sinon, rien ne pourra plus l'arrêter...

L'auteur : Fiona McIntosh a grandi et travaillé en Angleterre jusqu'au jour où elle la quitta pour l'Australie. Elle tomba amoureuse à la fois du pays et d'un homme. Sa carrière dans le tourisme lui a valu de parcourir la planète avant de s'établir comme écrivain à plein-temps. En compagnie de son mari et de ses deux fils, elle partage aujourd'hui sa vie entre la ville et la nature sauvage de Tasmanie. Elle avoue enfin une obsession pour le chocolat dont elle recherche les meilleurs produits à travers le monde. Elle accorde actuellement ce titre au macaron au chocolat qu'elle goûta à Paris et dont elle ne s'est pas encore remise... Après le triomphe de sa trilogie du Dernier Souffle, voici sa nouvelle saga. (Amazon)

La première phase (1er tome) : "Le roi Ormond avait le teint blême, les traits tirés et l'expression résignée d'un homme qui sait qu'i n'a plus que quelques heures à vivre".

Mon avis : Quel bonheur de retrouver Fiona McIntosh! Comme vous devez le savoir, j'ai adoré sa première trilogie du Dernier Souffle et je me languissai de commencer celle de Valisar.
Nous commençons le récit avec le roi Ormond de Barronel, qui dirige un des 8 pays de l'Ensemble. Nous sommes sur un champ de bataille, le roi Ormond blâme le roi Valisar de Penraven, la plus grande et la plus puissant nation de l'Ensemble d'avoir signé l'arrêté de mort du Barronel. En effet, ce dernier n'a pas envoyé de troupes pour le soutenir alors que l'Ensemble est envahi par une armée barbare dirigée par le sanguinaire Loethar. On comprend rapidement que si une armée barbare a réussi à prendre par la force plusieurs nations, c'est en patie dû au fait qu'aucune n'a semblé voir en Loethar une grande menace, tout au plus un petit dirigeant d'une troupe de barbares mal entraînés venus des steppes de l'est.
Erreur. Loethar est non seulement une sanguinaire brute qui détruit tout sur son passage à l'instar d'Attila  ("Là où mon cheval passe, l'herbe ne repoussera pas"); mais on se rend compte au fur et à mesure de la lecture qu'il est bien plus que ça. En effet, il est avant tout un fin stratège, rusé, manipulateur et faisant montre d'une barbarie en fait tout à fait maîtrisée. Il distille la peur, mène son armée par une poigne de fer et par dessus tout reste quelqu'un de très secret. En effet, nous ne connaissons pas ses motivations, qui semblent être plus qu'un simple désir de domination et de pouvoir.
Un chapitre plus loin, nous nous retrouvons alors au château Valisar en Penraven, où le roi Brennus, sa femme la reine (sur le point d'accoucher) et les deux princes (le pince Léonal, héritier du trône et le prince Piven, plus jeune, adopté par les Valisar et malheureusement simple d'esprit) vivent dans l'attente de la venur de Loethar. La chute d'Ormond est alors parvenue aux oreilles du roi qui voit déjà Loethar aux portes de sa capitale. Seulement, si Loethar est rusé et motivé par d'obscures raisons, le roi Brennus Valisar l'est encore plus. La ruse est son manteau, le secret est la matière dont il est fait et sa motivation à sauver son trône et la dynastie Valisar est sans faille. C'est dans cet optique qu'il a, en fait, fait tout ce qui était en son pouvoir des mois avant que Loethar ne fasse tomber les nations de l'Ensemble pour que les Valisar survivent. Tout est dévoilé durant trois tomes, et je dois dire que vous n'êtes pas au bout de vos surprise : ce personnage qui ne vit que durant quelques chapitres reste présent tout au long de la trilogie du fait de ses actions passées qui ont des répercussions puissantes et fracassantes pendant trois tomes.
S'ensuivent alors une naissance, des meurtes, de la barbarie, des fuites, de la ruse, de la résistance et du mensonge. Tout est orchestré avec maestria. Fiona McIntosh tisse sa toile et nous emmène exactement où elle veut que nous allions d'une main de maître.
Si je m'étais doutée de quelques révélations, qui ponctuent la trilogie de façon superbe et organisée, certaines m'ont en revanche laissée pantoise et admirative.

Je n'ai pas encore parlé de la magie, qui reste assez présente dans la trilogie. Un mythe veut que les Valisar, première famille à régner sur l'Ensemble, se soient vus accordé par Cyrena (une déesse-serpent) le don de cœrcition (i.e. : le pouvoir d'imposer sa volonté aux autres). Cependant, ce pouvoir ne peut être accordé qu'à une fille née Valisar, et il n'y en a pas eu depuis des centaines d'années... Avant la naissance de la première princesse Valisar, une nuit juste avant que Loethar ne frappe à la porte de la cité. La même princesse Valisar que le roi son père va faire exécuter dès la naissance pour que Loethar ne puisse pas se servir de ses pouvoirs, car Penraven va tomber il en est sûr... Jusqu'à ce que ses plans aboutissent, et ce même si ça doit prendre des années.
De plus, après que le tyran Loethar se soit assis sur le trône de Penraven et de l'Ensemble, ce dernier va rechercher activement des Investis. Ceux-ci sont des personnes étant nées avec divers pouvoirs, à des puissances diverses. Une autre manifestation de la magie est celle des égides : Cyrena a accordé au premier Valisar qu'à chaque naissance Valisar, une personne douée de pouvoirs magiques énormes (une égide donc). La légende veut que le Valisar "mange" une partie de son égide pour qu'elle lui soit liée jusqu'à la fin de sa vie, et qu'elle lui apporte plus d pouvoir qu'un homme ne puisse rêver.
On se doute bien quetout ceci amènera de la convoitise chez les Valisar, des intrigues et durant le second tome : une poursuite effreinée des égides afin de les lier.

Je dois dire que cette trilogie m'a surprise. Je trouve le personnage de Loethar très intéressant (au point que c'est mon personnage préféré!), mais je reproche à l'auteur de s'être allée à quelques facilitées sur la fin. En particulier avec un personnage. Et franchement, j'attendais beaucoup plus de lui...
Je ne veux pas spoiler, mais disons qu'un couple se forme au troisième tome et que c'est vraiment abracadabran. Leur rôle à jouer dans l'histoire est un peu tiré par les cheveux. La fille surtout : on ne la voit pas durant deux tomes, mais toute l'intrigue est résolue par elle en deux coups de cuillère à pot! Je comprends ce qu'à voulu faire l'auteur, mais je n'ai pas aimé le dénouement. Pour moi, il aurait dû être aussi complexe que l'intrigue des deux premiers tomes, que j'ai adorée. Ca partait bien, mais peut être l'auteur s'est-elle laissée trop entraîner dans ses révélations, virages dans l'intrigue...etc. Certains pourront aimer, mais je suis pour ma part restée sur ma faim.

Maintenant, je reste convaincue que toute l'intrigue vaut le détour. L'écriture est fluide, la plupart des personnages sont recherchés, travaillés, et je me suis surprise à retenir mon souffle assez souvent.
Par contre, je dois dire qu'il n'y a pas vraiment de batailles dans cette trilogie. Une petite à la fin et au début, mais les seules actions de force de la triloge reste celle de l'armée de Loethar qui cherche à maintenir le peuple sous sa coupe. Et à traquer le prince Léonel, en fuite...
Je regrette aussi que le mouvement de résistance n'ai pas été plus développé par l'auteur. Les résistants dévoués à Léonel disparaissent dans la nature et nous ne les revoyons que plus tard. J'aurai bien aimé que Fiona McIntosh se concentre plus dessus.

Ma note : 9/10 aux deux premiers tomes (que j'ai a-do-ré!) et 8/10 au troisième (pour la fin décevante)

2 commentaires:

  1. Je vais attendre leur sortie en poche pour me faire mon idée, mais je sens une petite pointe d'amertume dans ta chronique ... Sa première saga nous avait tellement emballées .. A voir donc je mets cette série sur ma liste d'attente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui... Bon, je pense que ce qui a joué c'est aussi l'immersion totale dans laquelle j'étais lors de ces trois lectures consécutives. Une petite déception a pris des dimensions épiques :P Elle reste quand même une très bonne saga, mais je crois avec du recul que je préfère, dans l'ensemble, le Dernier Souffle ;)

      Supprimer